> Accueil  > Air / énergie

Travaux paysagers

Air / énergie

La plupart des activités humaines nécessite de consommer maitriser_consommation_chaudierede l’énergie : pour s’éclairer, se chauffer, se déplacer, pour faire fonctionner des machines… Nous employons diverses sources d’énergie pour combler ces besoins (visitez la page dédiée). La maîtrise de nos consommations énergétiques est aujourd’hui une priorité dans le monde entier, car les ressources énergétiques se font de plus en plus rares et sont souvent non renouvelables.

mini-pelleteuse_avec_fumee_echappementLa production d’énergie ainsi que son utilisation provoquent des pollutions de l’air : émissions de gaz à effet de serre qui augmentent le réchauffement climatique, pollutions aériennes (rejet d’ozone, de particules, de COV), effets sur la santé des personnes mais aussi sur la faune et la flore. Mais parmi les diverses tâches qu’exerce le paysagiste, d’autres pollutions de l’air existent : poussières, produits chimiques…

Il s’agit alors de limiter cette pollution, aussi bien pour la planète que pour le professionnel.

Vous pensez que votre activité n’a que peu d’impact sur la pollution de l’air et la maîtrise de l’énergie ? Pour en être sûr, testez vos pratiques en entreprise !

Le Code de l’environnement interdit, de manière générale, d’émettre des polluants dans l’atmosphère. Dans un local de travail, l’employeur a l’obligation de mettre en place une ventilation capable d’extraire tous les polluants présents dans l’atelier (articles R.4222-10 à R.4222-17 du Code du travail). Voici quelques consignes à retenir, pour éviter de polluer l’atmosphère et limiter sa consommation d’énergie.

Les poussières et fines particules poussieres_bois_bis

Certaines activités d’entretien des végétaux : tonte, débroussaillage… provoquent l’émission de poussières : herbe, copeaux de bois, morceaux végétaux divers, que le professionnel va respirer. L’exposition à ces poussières peut conduire à des affections respiratoires ; certaines personnes développent des allergies, notamment envers les pollens. Les poussières de bois sont particulièrement dangereuses, puisqu’elles sont cancérogènes.

Il convient donc de se protéger de ces poussières par le port de protections adaptées.

Les phytopharmaceutiques

Ils peuvent avoir des impacts majeurs pour les professionnels, qui les utilisent durant des années. Pour en savoir plus, allez visiter la page qui leur est spécifiquement dédiée.

Les Composés Organiques Volatils (COV)

Les COV sont émis par des solvants, présents par exemple dans les produits de traitement, de finition ou d’entretien. Polluants, ils peuvent également avoir des impacts variés sur la santé, selon le type de solvant utilisé. Voici quelques consignes pour limiter leurs impacts :

Les fumées d’engins et carburants

tas_de_branchages_bisLes véhicules et divers engins utilisés par les professionnels des espaces verts comportent des moteurs thermiques. Ceux-ci émettent des rejets polluants dans l’air, et exposent les salariés à des quantités non négligeables de substances toxiques : le benzène par exemple, qui est cancérogène.

Les fumées de brûlage de déchets

Le brûlage de déchets, pratiqué par certaines entreprises, est fortement émetteur de molécules cancérogènes, tels les furanes ou les dioxines. Et ce, même si ce sont uniquement des déchets verts qui sont brûlés !

Rappelons que cette pratique est interdite par la loi (Règlement Sanitaire Départemental), alors ne brûlez aucun de vos déchets.